Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , ,


Salut! Aujourd’hui j’ai été très inspirée et vous ai pondu une tartine ! Sisi ! Pour ceux qui se fichent de ma vie, rendez vous au paragraphe 5 pour rentrer dans le vif du sujet.

Suite à mon voyage oenologie en Bourgogne et dans le Jura avec l’école, j’ai découvert un vin génialissime. Un mousseux rouge Charles de Fere qui accompagnera à merveille desserts au chocolats ou aux fruits rouges, mais se suffit à lui même pour l’apéritif.

Là-bas, on nous a expliqué que la base d’une dégustation, c’est d’abord de se demander si le vin nous plait, ou pas, et pourquoi. C’est ce que je vais tenter de faire dans cet article, qui est une première pour moi, parce qu’à la base, je ne suis pas trés « Vin », sauf que celui-ci est tellement génial que je tenais à vous en parler.

Aussi lors des dégustations auxquelles nous avons pu participer, j’entendais des « On retrouve des arômes de fleurs blanches et d’agrume » et moi, je cherche encore le pamplemousse.

Mais CE vin, on y décèle de suite la note de fruits rouges.

Désolée pour le sale reflet dans le verre. Image non retouchée.

En effet, on y goute les fruits rouges, il est sucré, doux, effervescent (ce qui apporte une certaine légèreté) et pas trop fort (il titre 7,5%). Il a une couleur géniale (avant même de le gouter, je me suis dit « Wah, il va me plaire »). Il est élaboré avec du gamay (100%) et quand j’en ai senti l’odeur, j’ai pensé: ce vin, je l’achète.

En bouche, il m’a de suite fait pensé à (Oh quelle vulgaire comparaison) de la grisette.

Il n’est pas vraiment connu, et c’est dommage. Il n’est pas hyper commercialisé non plus apparemment, parce que sur internet, pas moyen de trouver sa photo.

Je l’ai acheté à l’Imaginarium de Nuits-Saint-Georges, et si je retourne en Bourgogne, j’en racheterai.

J’espère que l’article vous aura plu.
N’hésitez pas à laisser vos avis via les commentaires (ou le mail).

Merci !

Attention, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération ! 

Publicités